12/09, 26/09 - Paris

Mondes nouveaux – Rencontres

La période que nous traversons depuis plus d’un an sépare bien deux époques. Une évidence s’impose à celles et ceux qui s’efforcent d’en dégager la portée historique : tout est à refaire. Aussi cette période d’entre-deux, qui flirte avec la catastrophe, invite-t-elle à se ressaisir, pour tâcher de tirer un bilan du passé, dresser un portrait du présent, mais aussi rêver de mondes nouveaux.

 

Des mondes nouveaux et surtout pas un Nouveau Monde. Des mondes à penser, à créer, à construire, à accueillir, mais pas à conquérir. Des mondes nouveaux, riches de promesses. Car peut-être a-t-on oublié que les artistes, les créatrices et créateurs étaient les mieux à même de répondre à nos aspirations, les acteurs essentiels de nos transformations, les meilleurs interprètes, aussi, du tremblement du temps.

 

Sept rencontres inédites de créateurs pour questionner et anticiper les mondes à venir.

 

Réunis autour de 3250 projets déposés par les créateurs de toutes les disciplines, nous étions frappés par la convergence des questionnements et des imaginaires convoqués pour rêver des mondes nouveaux. Des fils invisibles liaient les projets et leurs auteurs, un écrivain à un designer, un designer à un artiste, au-delà des collectifs constitués pour répondre à l’appel à projet. Nous rêvions alors de faire se rencontrer les personnes autant que les pratiques. Sans chercher à renouveler les formes artistiques intrinsèquement pluridisciplinaires, nous souhaitions provoquer ces rencontres inédites entre créateurs dont nous pressentons les affinités. Pour permettre ces rencontres, la Fondation Pernod Ricard nous ouvre généreusement ses portes, laissant toute liberté aux créateurs d’investir ses espaces. Selon les médiums, les soirées se dérouleront dans l’auditorium, la Traverse et le café-librairie. De ces frottements disciplinaires naitront, le temps d’une soirée, des formes hybrides, indépendantes de chacun des projets personnels produit dans le cadre des Mondes nouveaux.

 

________________________________________

Deux rencontres en septembre : 

 

Mots voyageurs – 12 septembre à 19h 

Collectifs Mots voyageurs / Malte Martin, Lucile Bataille, Sébastien Biniek et Charlotte Attal, Nathalie Gasiglia avec Marie Louis-Joseph,
Simone Lagrand.

La langue française s’est enrichie au cours de son histoire de milliers de mots venus des quatre coins du monde. Il en est de même de la langue créole. Les mots s’érodent jusqu’à signifier autre chose. Simone Lagrand conçoit une parolothèque sonore des langues de la Martinique, qui côtoieront le temps de la soirée les créations visuelles du collectif Mots voyageurs où chaque mot raconte son voyage linguistique, célèbre son
métissage. Matériaux phonatoires, bruits de bouche et vocalises tissent leurs liens avec le récit linguistique de Nathalie Gasiglia, lexicologue, et les formes graphiques élaborées en direct grâce à l’application Superpo de Malte Martin. « Quand une langue n’emprunte plus à une autre elle se fige ». Alain Rey

 

L’Appel de la forêt – 26 septembre à 19h

 

Samy Rio, Emma Lutz, Clémentine Chambon, Anouk Lejczyk, Alexandre Humbert, Maria Stravinaki.

Les vents violents et inondations arrachent et transportent les bois des berges vers la mer. Clémentine Chambon recueille ces « bois providentiels » échoués sur les plages, en retrace les provenances, et les transforme en mobiliers et pergolas. Face au réchauffement climatique, ces mêmes forêts, laissées à l’état sauvage, sont menacées d’incendies et ne peuvent être exploitées. Standard autochtone du designer Samy Rio met en synergie différents savoir-faire autour de l’exploitation vertueuse des forêts cévenoles. Plus à l’est, au cœur des forêts vosgiennes, Emma Lutz découvre dans la terre des caillots de verres, vestiges d’anciennes verreries qu’elle façonne au noyau et moule à même la terre dont ils sont issus. L’autrice Anouk Lejczyk nous donnera à entendre des extraits de sa Formation forestière, chroniques entremêlant les voix de travailleurs sylvestres rencontrés pendant son apprentissage du bûcheronnage. Les images d’Alexandre Humbert éclaireront la soirée. Maria Stravinaki mettra en perspective l’approche des designers et auteurs.

Newsletter